Le collectif STOP CPAR est un collectif citoyen apolitique, non partisan. Ce collectif est né spontanément à la suite de l'arrivée du projet "Adoma" et de la motion "Deuilhé". Ces deux projets visent, de manière différentes, pour des raisons différentes, a implanter un ou des centres d'hébergement dans notre ville.

Le 11 octobre 2021, en conseil municipal, le maire de Saint-Lys, Serge Deuilhé, lit publiquement une motion concernant le devenir des locaux de la joie de vivre, un EHPAD installé de longue date sur notre commune. Les locaux ont été vendus à la société Adoma et un projet de centre d'hébergement pour des étrangers en situation irrégulière va voir le jour très prochainement.
Collectif STOP CPAR
Saint-Lys

PRÉALABLE A NOTRE ACTION

  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif a conscience de prendre position sur un sujet particulièrement sensible qui peut/doit susciter des questionnements de votre part
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif est sensible à la détresse des étrangers en situation irrégulière, le plus souvent en situation de précarité́ extrême,
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif est composé de citoyens "ordinaires" qui en dehors de toute considération politique et partisane, veulent préserver leur quotidien, celui de leurs enfants et de leurs petits enfants.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif s’exprime uniquement pour défendre l’intérêt général, non pour défendre des intérêts particuliers.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif n'est l'émanation d'aucun parti, mouvement politique ou courant d'idée, de quelque bord qu'il soit.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif rejette toutes les idées xénophobes, ainsi que tous les raccourcis sécuritaires et/ou identitaires.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif rejette toute forme d’extrémisme qui pourrait s’exprimer à cette occasion ainsi que toute forme de violence.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif rejette toute forme de récupération politique d'où qu'elle vienne.
  • Qui sommes nous ?

    Le collectif précise son engagement

    Le collectif ne s’exprime ni pour, ni contre le maire actuel de Saint-Lys.

PROJET ADOMA

Le projet Adoma est le premier motif de notre colère. L’installation de 130 à 160 personnes en situation irrégulière, assignées à résidence avant expulsion, placée là de gré ou de force, livrées à elles même, sans surveillance aux porte de notre ville, n’est pas acceptable. 

Selon la motion présentée par le maire de Saint-Lys, Serge Deuilhé, la société Adoma (ex Sonacotra) s’est rendue propriétaire des locaux de l’EHPAD “la joie de vivre”. Les locaux laissés vacants par Domusvi, n’ont fait l’objet d’aucune reprise, ni d’aucun projet et ont donc suscité l’appétit d’Adoma, spécialiste du logement des populations les plus démunies. 

Une société dont la privatisation en 2015 pourrait avoir pour conséquence de la soumettre à une logique financière, au mépris de celle de mixité sociale, comme le soulève un article de Médiapart publié en 2015 :

Extrait de la motion "Deuilhé"

MOTION "DEUILHÉ"

La motion “Deuilhé” est le deuxième motif de notre colère. Cette motion votée par l’ensemble des élus de la majorité le 11 octobre 2021 est potentiellement aussi dangereuse que le projet initial Adoma.

La motion “Deuilhé” est loin d’être le refus catégorique que l’on évoque partout. Un paragraphe (joint) explique que les étrangers en situation irrégulière pourraient être accueillis ailleurs, dans des bâtiments communaux vides, sans en préciser ni le nombre, ni le lieu. Des bâtiments que la commune libèrerait au profit d’Adoma.

Selon la motion “Deuilhé”, un ou plusieurs CPAR pourrait voir le jour en plein centre de Saint-lys. A la question de l’emplacement, posée en conseil, le maire n’a pas répondu.

Lecture du passage de la motion par le maire Serge Deuilhé

Extrait de la motion "Deuilhé"

A 5' A PIED DU CENTRE VILLE

  • Ouverture : courant 2022
  • Capacité : 130 places (peut être 160)
  • Lieu : locaux de “la joie de vivre”
  • Public : des étrangers en situation irrégulière, en attente d’expulsion, placés là de gré ou de force, dont beaucoup s’enfuient.
  • Famille : 93% de jeunes hommes seuls
  • Nationalité : variable selon les flux migratoires et les époques
  • Sécurité : aucune, le centre est ouvert et n’est pas surveillé
  • Contrôle : 1/semaine (Gendarmerie ou PM)
  • Emplois crées : 0 
  • Recette fiscale : 0

Écoutez les débats autour du CPAR en conseil municipal le 11 octobre 2021

Lire le compte rendu du conseil municipal le 11 octobre 2021

PÉTITION

NON AU CPAR IMPOSÉ À SAINT-LYS ! OUI À UN VRAI PROJET CITOYEN CONCERTÉ ET PROFITABLE À L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Le collectif « STOP CPAR » a besoin de vous pour faire entendre sa voix. ENSEMBLE FAISONS DU BRUIT !

Ceci afin d’être entendu de la municipalité, des élus concernés, maires, députés, sénateurs, ministres, des autorités territoriales, des médias susceptibles de relayer notre action et de la société Adoma. Cette pétition constitue un premier pas. Les prochaines actions dépendront de son succès. Cette pétition sera transmise à chacun pour témoigner de notre refus collectif.

ET VOUS, VOUS EN PENSEZ QUOI ?

105
Un CPAR à Saint-Lys

Un centre d'hébergement ouvert, sans surveillance, pour 130 étrangers en situation irrégulière à Saint-Lys.

Share via